Quelles sont les connaissances requises en musique assistée par ordinateur ?

Dans cet article, il ne s’agit pas d’une question de morale ou de conseil de vieux (quoi que). Prenez-le comme une base pour savoir où vous situer. Et si vous voulez expérimenter sans connaissances particulières, dites-vous que beaucoup de musiciens n’ont jamais pris de cours !

Débuter en musique assistée par ordinateur suppose d’avoir des connaissances à la fois en musique mais également en informatique. Disons que si vous avez déjà des notions dans les deux domaines, vous allez certainement progresser plus rapidement. Si vous n’en avez pas, rien n’est impossible.

On va dire que les différents point ci-dessous sont utiles, pas indispensables. Mais il est bon de les lister afin d’obtenir une vision complète de ce que ça sous-entend avant de se lancer dans ce monde particulier. Ne prenez pas peur, ne vous démotivez pas après cette lecture. On est tous passés par la case départ. Tout vient au fur et à mesure, avec le temps. Voici donc les domaines clés :

Les connaissances musicales

Avoir des notions de rythmique pour créer une boucle de batterie, ça aide énormément. Certains ont la faculté de reproduire “à l’oreille” et c’est très bien. Avoir des connaissances en rythmique fera gagner du temps lorsque vous allez “écrire” la rythmique sur votre séquenceur. Vous n’aurez pas besoin d’écouter toutes les deux secondes pour voir si cela tourne bien en rythme, vous le saurez déjà rien qu’en regardant votre grille.

Il existe des concepts assez simples en théorie musicale, lorsque l’on parle de temps, de demi-temps par exemple. Cela vous aidera également pour dessiner vos notes, notamment lorsqu’il s’agit de dessiner des accords qui doivent suivre une rythmique, qui possède ce que l’on appelle une signature rythmique. Je ne vais pas détailler plus ici, je vais vous embrouiller. Retenez juste que la théorie musicale aide à caller les différents instruments entre eux, sur le même tempo.

A cela, on va ajouter la tonalité. Les instruments doivent sonner de manière cohérente entre eux. Une incohérence au niveau des octaves entre instruments et vos oreilles vont tout de suite vous faire remarquer qu’il y a un problème d’harmonie.

La notion du protocole MIDI

En musique assistée par ordinateur, vous n’échapperez pas à la notion MIDI. Cela permet de contrôler des sons et des effets virtuels. Et c’est une formidable invention qui ouvre des possibilités d’automatisation. Imaginez un guitariste en train de jouer : il a ses deux mains prises sur la guitare et il lui reste ses pieds pour appuyer sur les pédales d’effets. Mais s’il voulait en plus faire varier le son de ses pédales d’effets en tournant les potards pendant qu’il joue ? Compliqué… En MAO, c’est au contraire très simple avec la notion MIDI. On peut, à tout moment, enregistrer des changements sur tous les paramètres que l’on veut. Le plus simple exemple est d’activer la distorsion sur une guitare uniquement au moment du refrain, comme le ferait un guitariste en appuyant sur sa pédale d’effet.

Ensuite, on pouvait reprocher à la MAO de ne pas transpirer le côté humain. Mais ça c’était avant. Aujourd’hui, la vélocité permet de taper plus ou moins fort sur la caisse claire d’une batterie afin d’amener des variations tout au long du morceau. C’est aussi valable sur les touches d’un piano. On peut même jouer sur des paramètres qui vont forcer le séquenceur à ne pas jouer aussi parfaitement qu’un métronome. Ces toutes petites variations rendront le morceau plus humain, plus émotionnel et authentique au lieu d’avoir quelque chose d’hyper carré. A utiliser toutefois avec un dosage léger. Si on en abuse, les oreilles ne vont pas aimer. Restons dans le naturel !

Vous voyez, le protocole MIDI est central et permet énormément de choses en MAO.

Les notions d’enregistrement audio

Bon, il est temps pour vous d’enregistrer le pote ou la pote qui sait super bien jouer de la guitare. Ou alors, vous connaissez cette personne qui chante super bien et vous la verriez bien poser sa voix sur votre instru. Ca ne s’improvise pas vraiment si vous voulez un résultat sympa.

Il est souhaitable de connaitre les concepts liés à l’enregistrement audio : on ne ne place pas un micro au hasard devant un ampli ou un chanteur. Les résultats sont très différents en fonction de l’emplacement et de la pièce qui sert d’enregistrement. Si vous placez un micro dans une grande pièce sans meubles, vous aurez un effet de réverbe. Ce n’est peut-être pas ce que vous souhaitez car s’il y en a trop, il va être très compliqué de l’atténuer par la suite. Et au moment de mixer la voix avec les instruments, cela peut vite devenir une bouillie sans nom.

Sans rentrer dans les détails techniques, s’ajoutent l’équilibrage des niveaux afin d’éviter la saturation, les “ploc”, le souffle et ensuite le traitement du signal sur votre ordinateur. Il va falloir équaliser tout ça, retirer des fréquences pour laisser la place à d’autres instruments dans le mix !

L’édition audio

La prise de son est faite ? Ce n’est pas terminé, tout commence. Vous allez maintenant éditer votre fichier audio : on peut tout faire. Vous allez recaler la piste si vous avez des problèmes de latence, vos aller équaliser, vous allez rajouter des effets, vous allez tenter de supprimer du souffle ou couper des parties et les recoller. On peut même retravailler la tonalité et corriger le chant s’il n’est pas correct.

Il vous faudra également retoucher les niveaux afin d’ajuster toutes les pistes entre elles. C’est la partie mixage. Je vous parle de PAN maintenant ? C’est le réglage de la stéréo. On peut par exemple équilibrer le mix en mettant la guitare principale un peu plus à gauche et la guitare rythmique un peu plus à droite. On fait respirer le mix ! Le plus simple est de s’imaginer devant une batterie avec ses cymbales. Il y en a à gauche et à droite. Ce serait étrange que tout sonne pile au milieu à l’écoute sur une paire d’enceintes ou au casque, non ?

L’utilisation des logiciels de MAO

J’en ai déjà parlé spécifiquement dans cet article donc je ne vais pas tout développer ici. Ceci étant dit, il est logique que cette notion soit à nouveau évoquée dans le cadre de ce sujet. Vous allez devoir passer par la case appropriation de l’interface et des fonctionnalités spécifiques du logiciel de MAO que vous utilisez : gestion des pistes, utilisation des instruments virtuels, application d’effets, mixage et quand vous serez prêts, le mastering. Bien que sur ce dernier point, je vous conseille de ne pas trop dépenser d’énergie. Il y a aujourd’hui des spécialistes qui ne prennent pas des fortunes pour s’en occuper.

Les notions en synthèse sonore

Comment arriver à trouver le son que vous avez dans la tête ? Il n’y a rien de plus frustrant que d’imaginer un son dans sa tête et de ne pas réussir à le reproduire en MAO. Vous pouvez chercher des heures en espérant tomber sur un preset qui sonne exactement comme vous l’imaginez mais en général, c’est très compliqué. Et pendant le temps que vous allez perdre à essayer tous les presets, vous allez vous dire que finalement, ce son auquel vous ne pensiez pas du tout fera l’affaire. Votre morceau prendra une toute autre direction. Cela peut donner des chose sympa au final mais vous vous serez éloigné de votre idée de base. D’ailleurs, après avoir essayé tous ces presets, vous vous souvenez encore de ce son spécifique que vous aviez en tête ?

C’est là que les notions de synthèse sonore ont toute leur importance. En comprenant comment cela fonctionne, on va réellement pouvoir partir d’une base sonore et la modifier en sachant exactement où l’on va. C’est comme une recette de cuisine : vous avez des ingrédients de base et en les assemblant dans un certain ordre, avec une certaine quantité, vous arrivez à un résultat précis. Les effets sont l’assaisonnement.

La synthèse sonore comporte les réglages des synthétiseurs tels que les oscillateurs, les filtres, les enveloppes et autres paramètres qui permettent de former un son, de le sculpter.

Les effets audio

Il y en a tellement aujourd’hui ! Les plus classiques sont la Reverb, le Chorus, le Phaser, le Flanger, le Delay. La liste est très longue. On peut également citer la compression et l’égalisation qui sont également des effets à appliquer sur les pistes audio ou MIDI. Les effets sont très liés à la synthèse sonore car ils vont là encore façonner votre son et lui donner une coloration, une puissance, une ambiance.

Détendez-vous, on s’amuse avant tout

Je vous ai prévenu en début d’article que cela allait être raide. Retenez qu’il n’est pas nécessaire de maitriser tous ces aspects à la perfection avant de vous lancer dans le bain. Amusez-vous, testez, expérimentez et faites-vous plaisir ! Certains sons mémorables en musique électronique sont le fruit du hasard et d’essais improbables !

Cet article consiste surtout à vous aider à mieux comprendre tout le potentiel des logiciels de MAO. Si vous avez envie d’avancer dans ce domaine, allez-y doucement et retenez que vous pouvez progresser en vous formant avec des cours en ligne, des tutoriels, des livres ou des formations spécialisées. Aujourd’hui, cela ne manque pas, bien au contraire.

Allez, dis-le autour de toi que ça te plait :

Et abonne-toi à la newsletter pour lire la suite :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Plugins à connaitre

Boutique

Jete un oeil là-dessus

Daft Punk Transmusicales de Rennes 1995

LE son Daft Punk, il est là ! Avec ce plugin

Sur ce site, je vais également de parler de Plugins, ces extensions que tu peux ajouter à tes logiciels de musique assistée par ordinateur...
Conseil pro câble audio

Le Conseil du Pro avec Joscelyn – câbles audio en MAO

J'ai rencontré Joscelyn, que je connais depuis un petit moment, sur son lieu de travail en tant que vendeur de matériel audio. Il nous...
Vocoder gratuit TAL

Un Vocoder gratuit au format plugin

Vous cherchez à faire une voix de robot avec des harmoniques en modulant votre voix au piano MIDI ? Voici TAL Vocoder.Pour ceux qui...